Grrrr !

Un bonheur n’arrive jamais seul. Voilà-t-il pas que la ministre (avec minuscule s.v.p.) nous supprime notre subvention.

Elle nous tue, nous massacre, nous atomise, nous anéantit, nous … (la liste est longue).

Notre travail est nié, ignoré, rayé, biffé, annulé. Méprisé !

Je ne vous dis même pas ce que je pense du rapport du conseil du théâtre (minuscules aussi). Il est d’une totale mauvaise foi. J’avoue que je ne suis pas un spécialiste des dossiers, mais là, c’est comme s’il fallait qu’on saute, et on a trouvé tous les arguments qu’il fallait, quitte à tordre la réalité.

On ne va pas se laisser faire, on va essayer de sauver les meubles, mais j’ai peu d’espoir.

Vae victis !